Une sélection des nouvelles acquisitions de l'année 2000:

Jacques de Gheyn II (Anvers 1565-1629 La Haye)
Trois dessins :
Le Christ en buste; Saint Simon en buste; et Saint Jean l'Évangéliste en buste à la plume et encre brune, lavis gris, repassé à la pointe, environ 136 mm de diamètre (inv. nos 2000-T.29/31)


Ces trois dessins circulaires représentant Le Christ, Saint Jean et Saint Simon sont des modèles pour une série de 14 gravures du Christ, des douze apôtres et de saint Paul, réalisées par Zacharias Dolendo (1561- vers 1605). Récemment encore, on pensait que ces dessins étaient perdus et que, de toute la série, seuls quatre dessins préparatoires avaient été conservés : Saint Thomas et Saint Matthieu (Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam), Saint Judas Thaddée (The Minneapolis Institute of Arts) et Saint Matthias (National Gallery of Arts, Washington). Les trois dessins qui viennent d'être découverts ont été acquis par la Fondation Custodia. De même style et de même technique que les autres dessins connus, ils ont été repassés à la pointe le long des contours, une méthode utilisée pour copier l'image sur un autre support, dans ce cas la planche de cuivre de la gravure. Les représentations sur les gravures sont en sens envers par rapport aux dessins.

Cette série date d'environ 1596, le début de la carrière de l'artiste. Jacques de Gheyn a travaillé de 1585 à 1590 environ dans l'atelier de Hendrick Goltzius (1558-1617) à Haarlem, mais vers 1590, il décide de s'installer comme graveur et imprimeur à Amsterdam, puis à Leyde. Jusqu'alors, il exécutait surtout des gravures à partir de dessins d'autres artistes, mais désormais il emploiera également d'autres graveurs afin de publier ses propres projets. C'est le cas de cette série : De Gheyn a dessiné les projets qui seront gravés par son élève Zacharias Dolendo. Réalisé au début de sa carrière personnelle, la série montre encore l'influence de son maître Goltzius.

Bibl.: - I. Q. van Regteren Altena, Jacques de Gheyn, three generations, La Haye 1983, sous les n° 66, n° 70, n° 76
- J. P. Filedt Kok, M. Leesberg, "The De Gheyn Family", dans : The New Hollstein Dutch & Flemish Etchings, Engravings and Woodcuts 1450-1700, Rotterdam 2000, nos 86-99


Johan Barthold Jongkind (Lattrop 1819-1891 Grenoble)
Vue de Montmartre aquarelle réalisée sur une esquisse à la pierre noire, vers 1849, signée, 258 x 416 mm (inv. n° 2000-T.1)

Johan Barthold Jongkind est considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme. Pour Monet, Manet et Pissarro, c'est lui qui a ouvert la voie au paysage impressionniste. Originaire des Pays-Bas, il va pour la première fois à Paris en 1846, à l'âge de 25 ans. Jusqu'en 1855 il habite surtout à Montmartre. Durant cette période, il réalise de nombreuses vues de Paris, notamment cette Vue de Montmartre que vient d'acquérir la Collection Frits Lugt. Dans cette aquarelle des débuts de l'artiste, on trouve déjà quelque chose de cette liberté d'exécution qui fera la célébrité des aquarelles plus tardives (1862, 1883 en 1884). Le haut terrain en friche du premier plan est esquissé en touches rapides. Dans le fond, autour des bâtiments, on voit de grosses volutes de fumée s'échapper des cheminées. Tout ceci, rendu dans des couleurs claires, est dans une gamme de bruns portant encore l'influence de ses maîtres (Andreas Schelfhout, Eugène Isabey).


Pieter Lastman (Amsterdam 1583-1633 Amsterdam)
Mercure un dessin à la sanguine et rehauts de craie blanche sur papier préparé orange clair, 282 x 209 mm (inv. n° 2000-T.6)

Pieter Lastman, qui fut le maître de Rembrandt, a réalisé plusieurs études de figures à la sanguine et craie blanche. Il s'agit ici d'une étude du dieu Mercure exécutée sur un papier préalablement préparé. On ignore pour quel tableau cette étude a été réalisée. Mercure, vu en contre-plongée, nous domine. Pourtant le personnage n'est pas monumental, c'est plutôt son élégance qui ressort. Les traits à la sanguine sont à la fois d'une grande aisance, comme en témoignent les hachures du manteau, et d'une extrême délicatesse, comme on le voit sur le bras droit de Mercure. On retrouve cette liberté de style dans certaines études de personnages exécutées par Rembrandt à ses débuts.

Expo.:  - Amsterdam, Museum het Rembrandthuis, Pieter Lastman, leermeester van Rembrandt (Pieter Lastman, le maître de Rembrandt), 06-12-1991/01-03-1992, catalogue : pp. 162-163, n° 33 repr.
Bibl.:  - K. Bauch, Der frühe Rembrandt und seine Zeit, Berlin 1960, p. 107 fig. 69



Domenico Beccafumi (Valdibiena 1486-1551 Siena)
Un apôtre (Saint Barthélemy ?) gravure sur bois en clair-obscur, sur papier, à partir de trois planches et dans plusieurs teintes de gris, vers 1540-1550, 414 x 214 mm (inv. n° 2000-P.18)

L'artiste italien Beccafumi a réalisé en trois nuances de gris cette gravure sur bois représentant un apôtre. On peut considérer cette oeuvre comme l'un des chefs-d'oeuvre du clair-obscur exécutés dans cette technique de gravure

Artiste éclectique, Beccafumi a réalisé des peintures, mais aussi des oeuvres sculptées, des mosaïques, des dessins, des eaux-fortes et des gravures sur bois. Il est connu également pour ses décorations en marbre sur le sol de la cathédrale de Sienne. Beccafumi travaillait dans un style maniériste. Caractéristiques sont ses personnages représentés dans des postures monumentales aux fortes torsions (contraposto) et aux bras longs. Dans ses gravures sur bois en clair-obscur Beccafumi a beaucoup joué sur les effets d'ombre et de lumière ainsi que sur les couleurs.

Cet apôtre en pied appartient à une série que l'artiste n'a pas achevée. Cette oeuvre, tout à fait à sa place parmi les gravures sur bois en clair-obscur de la Collection Frits Lugt, est un magnifique complément à un dessin de Beccafumi déjà dans de la collection. En effet ce portrait, magnifiquement travaillé sur papier coloré et représentant Trois Prophètes (?), a les mêmes dimensions que la plupart des autres gravures de la série des apôtres. On remarque que Beccafumi a repassé le dessin à la pointe de façon à ce qu'il apparaisse au dos de la feuille. Cette méthode permettait de recopier la figure, par exemple sur un autre morceau de papier ou sur du bois. Beccafumi voulait sans doute utiliser ce dessin pour une gravure (inconnue).

Bibl.: - A. Bartsch, Le peintre-graveur, 21 vols, Vienne 1800-1821, vol. XII, 72.15