Une sélection des nouvelles acquisitions de l'année 2002:

De Christoffer Wilhelm Eckersberg (Blaakrog 1783-1853 Copenhague) un dessin Vue d'un cimetière, à la plume et encre noire, lavis gris, 391 x 303 mm (inv. 2002-T.25)

Christoffer Wilhelm Eckersberg est l’un des peintres les plus importants de ce que l’on appelle le Siècle d’Or danois. Il s’installa à Paris en 1810 afin de parfaire ses études dans l’atelier de Jacques-Louis David. Trois ans plus tard, en 1813, il poursuivit son voyage jusqu’à Rome. Ce dessin date de son séjour en France. Il est difficile d’établir s’il s’agit d’une vue du cimetière de Montmorency près de Paris ou d’une composition imaginaire composée d’éléments empruntés à la réalité. Le style de Eckersberg est linéaire et très minutieux.


De Louis-Jean Desprez (Auxerre 1743-1804 Stockholm) un dessin ‘Vue latérale du temple de la Concorde à Agrigente’, à la plume et encre noire, aquarelle, 209 x 342 mm (inv. 2001-T.32)

Avant de s’installer comme scénographe et architecte à Stockholm en 1784, Louis-Jean Desprez passa plusieurs années à Rome. C’est là que l’abbé de Saint-Non lui avait demandé de participer à l’élaboration d’un des plus beaux livres du XVIIIe siècle : le Voyage pittoresque ou description des royaumes de Naples et de Sicile (Paris 1781-1786). La description du temple de la Concorde à l'acuel Girgenti y est illustré par deux gravures d’après des dessins de Desprez dont l’une correspond au dessin que nous présentons ici.

Ce dessin est sans doute une reprise aquarellée de Desprez. On y retrouve la composition de la gravure, et même les personnages. Ceci est encore plus évident si on regarde le pendant de ce dessin, mais dont les personnages diffèrent de ceux de la gravure correspondante, acquis l’année dernière et représentant le temple de face (inv. n° 2001-T.31)
.


De Aert Schouman (Dordrecht 1710-1792 La Haye) une aquarelle Séleucos cède Stratonice à Antiochos (d'après Gerard de Lairesse), 1773, 259 x 339 mm (inv. 2002-T.33)

Depuis 1923 la collection comprend une centaine d’aquarelles d’Aert Schouman. Toutes représentent des oiseaux. Les autres genres dans lesquels l’artiste a excellés,n’étaient pas représentés jusqu’à l’acquisition de cette aquarelle réalisée d’après une œuvre de Gerard de Lairesse. Elle a été peinte d’après le tableau actuellement au Rijksmuseum d’Amsterdam.

Cette aquarelle a appartenu au collectionneur néerlandais Cornelis Ploos van Amstel, un bon ami de Schouman. Il possédait 42 copies de l’artiste d’après des maîtres anciens. Reproductions d'œuvres admirées, ces copies étaient très puisées et furent également admirées pour leur propre valeur artistique
.


De Francis Seymour Haden (Londres 1818-1910 Woodcote Manor) une eau-forte avec pointe sèche 'On the Test' de 1859 (Schneiderman 24 vi/viii), signée au crayon, 150 x 223 mm (inv. 2002-P.25)

Bien que chirurgien de formation, Francis Seymour Haden a joué un rôle important dans le renouveau de l’eau-forte (Etching Revival) en Grande-Bretagne. L'eau-forte présentée ici représente une vue de la rivière Test (Hampshire). Il existe plusieurs états de cette eau-forte qui sont tous très différents. Sur les premiers états par exemple, les moutons de droite n’apparaissent pas encore. Dans ce sixième état Seymour Haden a travaillé à la pointe sèche les arbres situés sur l'autre rive du fleuve ; ils sont beaucoup plus sombres et plus impressionnants que sur les états précédents.

Frits Lugt a sans doute commencé à s’intéresser aux eaux-fortes de Haden parce que celui-ci collectionnait et étudiait des gravures de Rembrandt. Depuis la disparition de Frits Lugt en 1970, la Fondation Custodia collectionne également des œuvres d’autres artistes de l’Etching Revival.



De Johann Martin Preißler (Nuremberg 1715-1794 Copenhague) un burin : La statue équestre de Frédéric v par Jacques Saly, 1768-1769, vers 870 x 440 mm (inv. 2002-P.1)

Au fil des ans, la Collection Frits Lugt a réuni tout un ensemble important de dessins du Guldalder danois. Actuellement, c’est peut-être même le plus important hors du Danemark. A l’occasion, nous élargissons cette collection par l’acquisition de gravures comme ce grand burin représentant la statue équestre de Frédéric v, roi du Danemark et de Norvège, qui a régné de 1746-1766. Cette statue orne la place Amalienborg à Copenhague depuis 1768. La gravure a été réalisée par Johann Martin Preißler, un graveur d’origine allemande ; la statue est l’œuvre du sculpteur français Jacques Saly (1717-1776).

La gravure fut acquise dans un cadre de style Louis XVI qui est peut-être d’origine. Il existe d’autres tirages de cette gravure dans des cadres similaires. Il s’agissait probablement de présents officiels. On sait par exemple qu’au début de 1770, le sculpteur Saly envoya à l’Académie de Paris « une estampe encadrée, de la statue équestre du feu Roy de Dannemarck, qu’il a exécutée en bronze »
.